L’Afrique Réelle N°66 – Juin 2015


























SOMMAIRE

Actualité :
Mali : un accord de paix qui ne règle rien
Economie :
La « classe moyenne » africaine, réalité ou fantasme ?
Dossier : Burundi
– Des Tutsi minoritaires et divisés
– Du pouvoir hima au premier intermède hutu
– Le retour des Tutsi au pouvoir
– La crise actuelle
Mise en perspective :
L’Afrique et la mer

Editorial de Bernard Lugan

Mieux vaut tard que jamais…
Le quotidien Le Monde et l’hebdomadaire Jeune Afrique viennent semble-t-il de découvrir ce que les abonnés à l’Afrique Réelle connaissent  depuis plusieurs mois, à savoir que l’Algérie est au bord du gouffre et que la « lune de miel » entre la Chine et l’Afrique est terminée. Mieux vaut tard que jamais…
Dans son numéro daté du 26 mai 2015, Le Monde Economie publie ainsi un article intitulé « L’Algérie s’inquiète de la chute des cours du pétrole » dans lequel, l’envoyée spéciale de ce journal à Alger, découvre que la chute des cours met l’Algérie dans une situation intenable et que la baisse de ses réserves de pétrole va conduire le pays dans une impasse. Toutes choses que l’Afrique Réelle explique depuis des mois.
Pour en savoir plus, les lecteurs pourront se reporter à mon communiqué en date du 14 novembre 2014 intitulé « L’Algérie est au bord du gouffre », à l’article publié dans le numéro de février 2015 intitulé « Algérie : l’effondrement des cours du pétrole menace la paix sociale » et à celui du mois de mars 2015 dont le titre est « L’Algérie produira-t-elle encore du pétrole et du gaz en 2030 ? »
Dans son numéro daté du 24 mai 2015, l’hebdomadaire Jeune Afrique consacre quant à lui un dossier à la « Chine-Afrique » dans lequel nous retrouvons, là encore, des analyses « parentes » de celles publiées dans l’Afrique Réelle.
Avec cinq mois de retard, Jeune Afrique semble ainsi découvrir ce qui était écrit dans le numéro de l’Afrique Réelle du mois de janvier 2015 dans un dossier intitulé « La Chine et l’Afrique » et portant en exergue un proverbe africain : « La sagesse du lion n’est pas celle de l’antilope », proverbe illustrant la réalité profonde des relations entre la Chine et l’Afrique. 
Dans ce numéro j’écrivais que : « Quasiment inexistants dans les années 1980, les échanges entre la Chine et l’Afrique ont ensuite connu une accélération spectaculaire. Ce mouvement ne doit cependant pas cacher une réalité qui est que la Chine ne va pas « développer » l’Afrique à elle seule. Elle n’en a ni les moyens ni l’intention. De plus, ses méthodes y posant de plus en plus de problèmes, la déception ou même l’hostilité commencent à y devenir réelles ». Suivait un autre article intitulé « La lune de miel est terminée », qui s’ouvrait par les lignes suivantes : « La lune de miel entre Pékin et l’Afrique semble terminée. En réaction à l’agressivité commerciale chinoise en Afrique, de plus en plus nombreuses sont en effet les études qui délivrent un message alarmiste dénonçant un néocolonialisme chinois, un « cauchemar africain », un « pillage du continent », des « liens de dépendance » ou même un « système cleptocratique ».
Dans un troisième article consacré, celui-là, à « La nouvelle politique chinoise », il était écrit : « Après l’ « essaimage » qui lui permit de prendre pied en Afrique et d’y faire illusion en hypnotisant en quelque sorte les Africains, la nouvelle politique chinoise consiste désormais à cibler ses secteurs d’intervention. Comme les Etats-Unis, mais sur une échelle plus importante, la Chine va donc pratiquer une économie de comptoir, c’est à dire de pillage des matières premières africaines, loin de toute idée de développement ».
Le Monde et Jeune Afrique venant de faire les mêmes analyses, il est donc « réconfortant » de constater que la « lucidité » finit parfois par s’imposer aux journalistes quand ils disposent de bonnes sources…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *