L’Algérie au bord du gouffre

La nouvelle hospitalisation du président Bouteflika intervient à un moment critique pour une Algérie frappée au coeur par l’effondrement du prix du pétrole. En effet, si la bombe sociale algérienne n’a pas encore explosé, c’est grâce à la manne pétrolière qui permet à l’Etat de subventionner pour 60 milliards de dollars par an la consommation des “classes défavorisées”. A cette somme, il convient d’ajouter 20% du budget de l’Etat qui est consacré au clientélisme. Un exemple : avec 6% de toutes les dotations ministérielles, le budget du ministère des Anciens combattants est  supérieur à ceux de l’Agriculture (5%) et de la Justice (2%).
Avec un pétrole à 85 ou même à 80 dollars le baril, il va donc falloir tailler dans les subventions, ce qui va bousculer les équilibres sociaux et politiques.
Etat des lieux d’un pays qui risque d’exploser à tout moment.
La suite de cette analyse est réservée aux abonnés à l’Afrique Réelle. Pour la recevoir par courriel, vous devez être abonné.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *