Le sahélistan s’est déplacé vers le Nigeria

Le 19 février, une famille française a été enlevée dans le nord du Cameroun, entre le mois de décembre 2012 et le 17 février, un ingénieur français et sept employés européens d’une société libanaise le furent dans le nord du Nigeria. Ces trois événements semblent confirmer que le vrai front islamiste est moins le Mali que la région tchado-nigériane où les jihadistes bénéficient d’un continuum ethno-religieux transfrontalier favorable. La tache fondamentaliste qui y  grandit va être autrement plus difficile à effacer que celle du Mali où la seule difficulté militaire est le massif des Iforas où un légionnaire français a été tué à l’ennemi le 19 février.
Pour recevoir par courriel la suite de cette analyse, vous devez être abonné à l’Afrique Réelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *