Mali : de la « Françafrique » fantasmée à la reconstitution de l’AOF

Quelques semaines après le début de l’intervention française au Mali, deux grandes leçons peuvent être tirées :
1) Il y a à peine plus d’un siècle, entre 1880 et 1900, l’armée française était déjà engagée là même où se déroule aujourd’hui l’Opération Serval. Le long du fleuve Niger les colonels Gallieni et Archinard détruisaient les sultanats jihadistes, libérant  ainsi les populations noires sédentaires des raids esclavagistes cependant que, dans la boucle du fleuve, le colonel de Trintinian repoussait les Touaregs vers le massif des Iforas. Faite au profit des vaincus de l’histoire locale, cette colonisation libératrice bouleversa en profondeur les rapports de force régionaux. Les événements d’aujourd’hui en sont la conséquence directe car les nordistes ne veulent plus être soumis aux Etats post-coloniaux dirigés par les sudistes. Le fondamentalisme islamique n’est donc pas la cause de la septicémie  sahélienne, mais la simple surinfection d’une plaie ne pouvant être refermée que par le retour au réel ethnique.
2) Après des décennies de mensonges et de désinformation concernant la colonisation, après de masochistes campagnes de repentance[1], voilà la France qui intervient à nouveau, et toujours pour sauver des Bambara, Soninké, Malinké ou Songhaï une nouvelle fois menacés par leurs séculaires adversaires nordistes, maures ou touareg. Mais, paradoxe, la gauche française qui jusque là n’avait pas de mots assez durs pour dénoncer une « Françafrique » fantasmée, est aujourd’hui engagée avec enthousiasme dans une sorte de reconstitution de l’ancienne AOF…L’historien non-conformiste ne boudera donc pas le plaisir de cette éclatante revanche remportée sur les cuistres de la pensée dominante…
Pour autant, la France doit-elle demeurer dans la région ?
  
Pour recevoir par courriel la suite de cette analyse, vous devez être abonné à l’Afrique Réelle.

[1] Voir à ce sujet mon dernier livre Mythes et manipulations de l’histoire africaine. Pour le commander.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *